Quand le tarif de la vie augmente, beaucoup d’emprunteurs ont du mal à payer leurs mensualités et à boucler leurs fins de mois. La des solutions en matière d’argent est le rachat de crédits. Mais un rachat de crédit est un acte commercial comme un autre qui exige de prendre certaines dispositions.

Tout d’abord, il faut maintenir ce que l’offre proposée par l’établissement de crédit soit transparente. En d’autres matière, certains banquiers ou courtiers proposent des pourcentage d’appel de 3, 95%. Ils prennent le dossier avec les pièces originales et ensuite annoncent un pourcentage nettement plus fort. Là, le client est « piégé », il a du mal à refuser. Concrètement, quand l’on entreprend une aspiration de rachat de crédit, il ne faut jamais donner les pièces originales dans un premier temps, mais attendre que le dossier soit en voie de concrétisation.

Toujours dans une logique, on doit prévoir divers types de frais dans une demande de rachat de crédit : – l’indemnité de acquittement anticipé ( IRA ) au pourcentage de 3%, pour les restitutions des crédits qui seront rachetés, surtout s’il est inclus un rachat à portée de votre main habitat ; – des frais de notaire qui seront liés à l’assurance de l’emprunt incluant la mainlevée et la reprise de garantie ; – les frais de banque. Il faut savoir également que ni le banquier ni le courtier ne doivent prélever de frais avant le déverrouillage des fonds. Ils ne doivent même pas exiger un chèque censé être débité plus tard. Ce sera au notaire de faire l’appel de fond auprès de la banque à la validation du dossier de rachat de crédit. Aucun fonds ne doit être prélevé ni requis avant.

C’est spécialement lors de la pratique de démarchage à domicile que l’on se doit d’être prudent. Plusieurs commerciaux peu scrupuleux sillonnent les routes en quête d’acheteurs peuvent leur confier leur dossier de demande de rachat de crédits. Ainsi, le client est pris au piège, car il a ensuite énormément de mal à récupérer les pièces de son dossier s’il désire se rétracter ou contacter un autre organisme financier.

Il faut aussi prendre garde à certains petits courtiers qui ne travaillent qu’avec un seul organisme de crédit. Dans ce cas, leur objectif est de trouver un client à cet organisme et non de trouver le meilleur organisme de crédit pour le client. La enseigne célèbre aura plusieurs partenaires, ce qui lui donnera une sélection qui est à l’avantage de l’emprunteur.

Il pour finir se méfier des intermédiaires qui voudront « augmenter » le montant de liquidités à solliciter auprès de la compagnie de rachat de crédit dans l’optique d’améliorer ainsi la commission qui leur reviendra. En clair, l’emprunteur doit avoir évalué de lui-même ses besoins et rien que ses besoins, et s’en tenir à ce dernier.

Dans le cas de budgets déséquilibrés, grâce à un rachat de crédit bien préparé, il est possible de assainir sa situation monétaire sur la durée. Sans être une solution magique, le rachat de crédit permet à de nombreux emprunteurs de retrouver un certain équilibre financier, sans pour autant attendre d’être arrivé à une situation de surendettement. En assainissant un budget, la formule du rachat de crédit permet aussi de retrouver un peu de budget en tant de crise, face à la hausse de nombreux produits ou services.

Le rachat de crédit n’est pas seulement limité aux jeunes emprunteurs. Il y a des possibilités pour les personnes en fin de vie réactive ou de jeunes retraités. Comme pour toute autre demande de financement, l’âge limite pour l’emprunteur sera fonction de l’établissement de crédit ou de la banque à qui il s’adresse, et aussi de la solution d’assurance décès qui est sollicitée pour garantir l’emprunt consacré au rachat des crédits en cours.

En principe, le prêt consacré au rachat des crédits devra se finir avant l’âge de 90 ans pour les emprunteurs étant personnes propriétaires, et avant l’âge de 80 ans pour les emprunteurs étant locataires. Dans ce cadre, toutes les solutions de rachat de crédits peuvent plaire aux emprunteurs qui doivent se confronter à la baisse de leur budget ayant atteint, si ce n’est dépassé l’âge de la retraite. Là encore, sans attendre d’arriver à une situation de surendettement, les jeunes retraités peuvent prendre en compte de retrouver une situation plus sereine de leurs finances, si ce n’est concrétiser des idées.

Laisser un commentaire